SORTIE LONGUE DU 22 JUILLET :

Tout le monde est ponctuel au rendez dès 7 H 00 et le camion est chargé pour un départ vers Corneville sur Risle où nous arrivons à 8 H 20. Le temps de finir d’ajuster la tenue. Quand l’ensemble s’engage vers Rugles par la rive droite de La Risle, il est 8 H 40.

Dès le départ, 2 groupes naturels se forment. Direction Brionne puis Beaumont Le Roger, profil facile, très beau temps et heureusement l’ombre est à notre avantage. Revêtement en bon état, peu de circulation, environnement au style Normand prononcé avec de nombreuses propriétés qui bordent la rivière. A Beaumont Le Roger, après avoir monté sur le plateau pour gagner La Ferrière sur Risle et ses magnifiques halles, la traversée de la forêt sur plus de 6 km est aussi fort appréciée. Pour sortir de La Ferrière, un « pétard » nous tend les bras  pour rejoindre Les Lyres où le 1er groupe, qui s’était égaré, nous rejoint, puis un secteur gravillonné de 3 km franchit, on rejoint Rugles quasiment ensemble à midi avec une crevaison à l’entrée du bourg.

On se rend à la brasserie «  DOLCE VITA » à 12 H 20 pour un réconfort culinaire mérité et fort apprécié après les 70 km de la 1ère partie.

Quelques menues mises au point habituelles et on repart à 14 H 45 pour un retour par l’autre rive de La Risle. On rate l’accès pour La Neuve Lyre et on se retrouve dans la campagne profonde du département de l’Eure où l’on ne croise que des agriculteurs en pleine moisson. Heureusement les routes sont en excellent état et les hautes haies nous protègent un peu du soleil. Malgré tout, des rumeurs sur notre position commencent à fuser mais les cyclos sont rassurés quand l’un des présents déclare avoir vécu sa prime jeunesse à La Barre en Ouche que nous rejoignons sans se perdre. Direction Beaumesnil où un court arrêt devant son château identifié comme « Le Petit Versailles » est respecté. Ensuite, descente vers Beaumont Le Roger, prolongement sur Brionne et retour à Corneville sur Risle après 80 km. Il est 18 H 15. Rangement du matériel, petite toilette de cycliste, rafraichissement traditionnel et retour sur St Jacques à 19 H 50.

Bonne journée de 150 km d’où  il ressort qu’un secteur inhabituel qui mérite qu’on s’y attarde un peu a été découvert par la majorité des présents.

Chaque participant s’est exprimé à sa mesure, par une température très agréable.

Un grand merci aux dames et Jean- Claude pour leur assistance matérielle.

Une immense reconnaissance à notre sponsor qui contribue largement à la réussite de nos expéditions.

 

A la prochaine sortie le jeudi 09 septembre, si l’actualité le permet, vers Gerberoy.

Pourquoi nous font-elles mal aux jambes ?

 

Chaque mois, une côte est décrite...

Et la solution pour qu'elle paraisse moins dure, à chacun la sienne ! 

De la vallée de l' Andelle, ça grimpe de chaque coté !

La montée vers Letteguives, longue de 3 km 700, débute de Perruel

par un long faux-plat de 3% sur 2,5 km .

Ensuite , la pente se redresse sèchement sur 500m pour atteindre les 8% !

A la vue de l'église, les pourcentages diminuent progressivement

et les pulsations aussi ! 

Quand la chance ne sourit            pas au plus audacieux !                 

 

Ce mercredi 17 mars,

une douzaine de cyclos partirent,

face au vent, effectuer le circuit officiel ..  Alors que la pluie faisait

son apparition, 3 cyclistes en "reprise" écourtaient leur entrainement

vers La Rue Saint Pierre et rentraient. 

La route mouillée jusqu'à Cailly en décourageait 3 autres et laissait

les 6 derniers "accomplirent" le parcours. Dès lors, les gouttes se firent rares

et seuls les bas-côtés, par endroit, rappelaient qu'il avait plu ! 

Hélas, celui qui était le plus motivé, se voyait stoppé net par un bris de patte de dérailleur ! Dix minutes de marche sur les cales et il pouvait attendre sa "Dépanneuse" sous les halles de Ry...

Ce dimanche 7 mars,

8 cyclos ont bravés les -3° annoncés sur le 1er parcours officiel de la saison . 

Retrouvez la saison précédente 

  dans la rubrique "Archives 2020".  

Il fut un temps ou l'UssJ roulait en vert et jaune...

Pourquoi faire du gainage pour les cyclistes ?

                                 

Le tronc du cycliste, c'est son châssis !

Et si notre châssis ne parvient pas à contenir la puissance envoyée

par les jambes au vélo, nous allons nous tordre et nous déhancher

en gaspillant des "watts" inutilement...  le gainage nous aide à tonifier

et maintenir notre tronc et abdomen en place :

profitons du mauvais temps pour ajouter

à nos sorties dominicales quelques exercices...

Un maintien de ces positions pendant 30 secondes, en série de 3 à 5 fois

nous confirmerons tout de suite le bienfait de ces exercices très souvent oubliés des "cyclos" ! 

On n’accélère pas dans un relais,

on ralentit !

 

 Voici l'erreur la plus courante:

Quand le premier de la file s'écarte, le second a bien souvent tendance à accélérer...Or, si chacun accélère à sa prise de relais, on a vite fait de rouler à 35, puis 40 km/h et ce sont les derniers coureurs du groupe qui en feront les frais...L'idéal est de vérifier votre vitesse quand vous êtes second et de garder cette allure en prenant le relais. C'est le premier qui s’écarte et va ralentir afin que vous puissiez passer: 2 km/h de moins suffissent largement et le relayeur ne créera pas un "trou à boucher" !

 

Voir la rubrique "technique pour rouler en groupe"